Le portrait de Thierry

Thierry RobertOn le dit fonceur, déterminé et hyper dynamique… Mais qui est vraiment Thierry Robert ? Le député-maire de SAINT-LEU et candidat aux élections régionales de 2015  se dévoile à travers un portrait franc et sans détour.

Bonjour Thierry Robert, présentez-vous en quelques lignes…

Je suis né le 1er avril 1977. J'ai grandi à Saint-Leu avec mes parents et aussi ma grand mère. J'ai trois enfants : Thomas, Anthony et Théo. Je suis maire de la commune de Saint-Leu depuis 2008 et députée de la 7eme circonscription depuis 2012.

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours scolaire ?

Après un BAC S, je me suis orienté vers une formation d’ingénieur en alternance à Reims, en Métropole.

 

Votre parcours professionnel ?

L’entreprise familiale de construction d’abord artisanale est devenue le groupe Robert Promotion dont je suis le responsable.

 

Comment êtes-vous arrivé en politique ?

En 2004, j’ai fondé l’association Partage afin de venir en aide aux plus démunis. Au bout d’un an, j’ai vite compris qu’il fallait que j’aille au-delà du combat associatif. C’est pourquoi, j’ai intégré la section jeune de l’UDF, dont je suis devenu le délégué départemental en 2005.

En 2006, j’ai été Président des jeunes UDF. En 2008, j’ai été élu Maire et Conseiller Général de SAINT-LEU. Souhaitant m'investir davantage pour la population, je me suis présenté aux élections législatives que j'ai remporté avec plus de 65% des suffrages et cela, avec une équipe de jeunes face à des grands ténors de la politique. Je ne conçois pas la politique comme un métier mais comme une vocation, un sacerdoce.

 

Connaissez-vous certains de vos traits de caractère ?

Je suis entier. J’aime les obstacles, combattre face aux difficultés de tous les jours, ne pas baisser les bras. C’est stimulant ! Autre chose, j’ai un franc parler et de nature à dire aux gens ce que je pense.

 

Vos plus belles réussites ?

Ma plus grande satisfaction est d'avoir réussi mon premier combat politique qui plus est, face à mon prédécesseur qui était extrêmement bien implanté depuis 20 ans sur le territoire. Au niveau de la commune, nous sommes passés de 8 millions d'euros d’investissements en 2008 à 41 millions en 2014, ce qui signifie que St Leu avance !

 

Vos regrets ?

Je ne peux plus être moi-même, c'est-à-dire être Thierry tout simplement. En tant que maire, je me dois de répondre où que je sois, parfois même en famille, à toutes les questions et sollicitations de mes concitoyens. Si certains élus aiment bien se mettre en avant dans leur vie de tous les jours en usant parfois de leur position pour toutes sortes de choses, ce n'est pas mon cas. Je fais résolument partie de ceux qui optent pour la simplicité sans pour autant me désengager, bien au contraire.

 

Qu’est-ce qui ne va pas aujourd’hui à La Réunion ?

Aujourd'hui, la Réunion va mal : chômage, manque de logement, le BTP est en crise. Je ne voudrais pas jouer les alarmistes mais nous allons tout droit dans un mur. Il nous manque un cap, une vision claire pour les 20 prochaines années. Gouverner, c'est tirer les leçons du passé, gérer le présent, et préparer l'avenir. La Réunion a besoin d'un vrai pilote aux commandes pour faire décoller l'économie locale. 

 

Vos projets pour La Réunion ?

Ils sont nombreux. Depuis près d'un an, je travaille avec une équipe de spécialistes, je discute avec des chefs d'entreprise, des personnes de la société civile pour bâtir un projet fort et concret pour La Réunion. 

 

Et Thierry Robert dans 5 ans ?

Si la population le souhaite, je serais toujours en politique. J’espère que le travail que je réalise en ce moment avec mon équipe sera reconnu.